ÉVENEMENTS ET CATASTROPHES MAJEURES

De par sa situation géographique et les aléas auxquels elle est soumise, l’Algérie est exposée à plusieurs risques naturels importants qui nécessitent une gestion de crise adéquate.

En outre,  la vulnérabilité de nos villes et  cités à ces  différents  aléas s’est accentuée en raison notamment de la concentration urbaine des mégapoles qui se sont développées de manière souvent  anarchique et à proximité de grands pôles industriels.

Parmi les risques naturels auxquels notre pays  demeure exposé, figurent le séisme et les inondations et les feux de forêt.

Au cours des deux dernières décennies, l’Algérie a été durement touchée notamment par plusieurs séismes et une série d’inondations ayant provoqué  des pertes en vies humaines et des dégâts importants.

Les événements naturels (séismes, inondations, etc.) font lorsqu’ils sont violents un grand nombre de victimes. Leur violence et leurs conséquences ne sont heureusement pas toujours catastrophiques

Cependant, les catastrophes qu'a connues l’Algérie récemment (inondations à Bab El Oued et de Ghardaïa, séisme de Boumerdes) montrent qu'en de telles situations, les préjudices humains et matériels peuvent être considérables.

Quelques évènements ayant provoqué des catastrophes au cours des deux dernières décennies

Date Localisation Type d'évènement Victimes et dégâts
18/08/1994 Mascara Séisme
magnitude 5,4
171 décès
290 blessés
et 1000 habitations détruites
23/09/1994 Bordj Bou Arreridj Inondations 16 décès et des dégâts
évalués à 10.000.000 DA
03/03/1998 Skikda Explosion
de gazoduc
7 décès
44 blessés
60 habitations endommagées
22/12/1999 Temouchent Séisme
magnitude 5,8
28 décès
et 25.000 sinistrés
10/12/2001 Bab El Oued Inondations Plus de 900 décès et disparus
21/05/2003 Boumerdes Séisme  2.278 décès
180.000 sans abri
19.800 habitations endommagées dont 16.715 effondrées
222 milliards de DA de dégâts
14/04/2004 Adrar Inondations Plus de 5.000 familles sinistrées et  7.000 habitations totalement ou partiellement effondrées
01/09/2008 Ghardaïa Inondations 43 décès
plus 3.000 habitations détruites ou endommagées
08/10/2008 Bechar Inondations 13 décès 4.300 habitations détruites ou endommagées
20/01/2009 Adrar Inondations 1 décès 5.500 habitations détruites ou endommagées

 

Après le séisme du 10 octobre1980 à Chlef,  la volonté de mettre en place une organisation de la prévention et de la prise en charge des catastrophes naturelles ou  industrielles a été décidée et a conduit les pouvoirs publics à promulguer en 1985 deux décrets  portants sur la Prévention des Catastrophes et l’Organisation  des Secours (décrets 85-231 et 85-232).

C’est surtout  depuis le séisme de  Boumerdès du 21 mai 2003 et devant l’importance  des risques, que le Président de la République a instruit le Gouvernement  d’inscrire comme priorité la nécessité de préparer le pays à une meilleure appréhension des catastrophes à travers une politique de prévention.

Le  25 décembre 2004  a été promulguée la loi 04-20 relative à la prévention et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable.

LE  RISQUE MAJEUR

L’article 2 de la loi 04-20 du 25 décembre 2004 relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes, dans le cade du développement durable qualifie de risque majeur toute menace probable pour l’homme et son environnement pouvant survenir du fait d’aléas naturels exceptionnels et/ou du fait d’activités humaines.

Aux termes de l’article 10 de la loi précitée, les  risques  suivants constituent des risques majeurs auxquels notre pays peut être exposé :

LA GESTION D’UN RISQUE MAJEUR EST GLOBALE

Elle comprend la prévention et la gestion des catastrophes.

La prévention des risques majeurs

Elle regroupe l’ensemble des mesures visant à réduire l’impact d’un phénomène naturel ou du fait de l’homme prévisible sur les personnes et les biens.

En d’autres termes ce sont toutes les mesures visant à ce qu’un phénomène prévisible ne se transforme en catastrophe.

La prévention des risques majeurs est fondée notamment sur :

Le système de gestion des catastrophes est constitué par une planification des secours (les plans orsec), ainsi que par des mesures structurelles pour la prise en charge des catastrophes.

Dans le cadre de ses attributions de protection des personnes et des biens, le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales, organise les interventions de secours pour faire face aux catastrophes éventuelles, à travers la mobilisation des services de la Protection Civile, des collectivités locales et des autres services de l’Etat par la mise en oeuvre des plans orsec.

Lorsque la catastrophe survient et qu'elle dépasse la capacité de réaction d’une wilaya ou qu’elle touche plusieurs d’entre elles, le Ministère de l’Intérieur dispose d’un outil d’aide à la décision dénommé le Centre National d’Aide à la Décision, CNAD par abréviation.

Dans ce cas,  une cellule de crise  se réunit sous l'autorité du 1er Ministre ou du Ministre de  l’Intérieur. Elle est chargée de :

Dans ce cadre, aprés les innondations de Ghardaia une cellule nationale de crise à été installée au niveau du Ministère de l'Intérieur et des Collectivités Locales à l'effet de coordonner et d'organiser les actions interministerielles de secours et d'assistances

L'APRES CRISE

Une fois la crise passée, les acteurs du risque interviennent à différents échelons pour  rétablir la situation pour un retour à la vie normale notamment en :

Suite aux inondations de Bab El Oued et au séisme de Boumerdes, le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales a, sur instructions de Monsieur le Ministre d’Etat, mis en place en 2004 un groupe de  travail afin de mettre à jour le plan ORSEC, et réfléchir à un dispositif d’alerte par type de risque.

CONSIGNES A OBSERVER EN CAS DE  CATASTROPHES

QUE FAIRE EN CAS  DE SEISME ?

AVANT

PENDANT

APRES

QUE FAIRE EN CAS  D’INONDATIONS ?


Après la crise

Le retour à la normale se fera progressivement, la plus grande prudence s’impose donc en vous tenant informé.

Surtout ne vous aventurez pas dans une zone inondée, ni à pied ni en voiture.

Si votre logement ou votre maison a subi de gros dégâts à la suite d’une inondation, il importe de suivre les conseils des autorités et rejoindre les lieux de regroupements provisoires afin de protéger votre famille.

Si votre habitation n’est pas détruite, commencer à procéder au nettoyage en évitant que des fils électriques n’entrent en contact avec l’eau, coupez le courant dans la zone inondée, ou  demandez à la Sonelgaz de vous aider.